Evaluation à mi-parcours du Contrat de Ville par l’Agence Parisienne d’Urbanisme

Evaluation à mi-parcours du Contrat de Ville par l’Agence Parisienne d’Urbanisme

Avec le Contrat de Ville parisien 2015-2020, l’État, la Ville de Paris et l’ensemble des partenaires signataires se sont fixés des objectifs ambitieux d’intervention et d’actions dans les quartiers populaires jusqu’en 2020.

Ce travail nécessite d’associer les habitants et les acteurs du territoire et d’évaluer les actions engagées. En ce sens, l’Agence Parisienne d’Urbanisme (APUR) a réalisé, à la demande de la Préfecture et de la Ville de Paris, un état des lieux de l’évolution des quartiers depuis la signature du Contrat de Ville en 2015. Et permettre d’avoir un retour sur l’ensemble des actions menées mais également de pouvoir prendre en compte les nouveaux enjeux.

C’est dans cette démarche que le Conseil Citoyen Paris18 a participé à la présentation, par l’APUR, en présence de Colombe Brossel adjointe à la Mairie de Paris, de cette évaluation à mi-parcours du Contrat de Ville, ce 21 mai, à l’Hôtel de Ville de Paris. 

Tout d’abord, un état des lieux et tendances récentes dans les quartiers prioritaires et de veille active parisiens nous ont été présenté. Les Conseils Citoyens, dont celui du 18ème s’étaient mobilisés pour enrichir ces travaux : https://www.conseil-citoyen-paris18.fr/les-contributions-du-conseil-citoyen-paris-18-recues-au-sujet-de-levaluation-a-mi-parcours-du-contrat-de-ville/

Avec 367 000 habitants, les quartiers prioritaires de Paris représentent 17% de la population parisienne répartis sur 12% du territoire, sans compter les 195 000 habitants en veille active.
De nombreuses évolutions ont été constatées : Celles-ci sont-elles dues aux mouvements de population ? Il nous a été répondu que ces études et analyses présentées (voir plus loin les détails des cahiers) n’étaient pas mesurées sur les parcours résidentiels soulignant les limites d’exercice d’une telle étude. Pour cela, un travail est en cours sur ces trajectoires : où ils vont ? d’où ils viennent ? quel profils ? Prise en compte d’une population qui ne bouge jamais plus accentuée dans le logement social.

Le cahier 1 propose une analyse des spécificités des quartiers de la politique de la ville parisiens par rapport aux quartiers prioritaires d’Île-de-France et de France : Evaluation
Le cahier 2 porte sur les tendances récentes dans les quartiers prioritaires et les quartiers de veille active par rapport à l’évolution du territoire parisien : TendanceRécente
Le cahier 3 analyse des quartiers en difficulté situés en dehors de la géographie prioritaire : HorsPrioritaires

Les trois axes retenus, Grandir – Travailler – Habiter, ont été rapidement abordés.
Grandir : constat d’une hausse importante des collégiens vers le privé au détriment du public.
Travailler : Dynamisme économique constaté, sans pour autant constater une baisse des demandeurs d’emploi.
Habiter : projets de renouvellement urbain. Cependant, les enjeux d’occupation de l’espace public ont été soulignés, dans le 18ème et le 19ème notamment.

A ces éléments viennent s’ajouter des analyses territoriales qui présentent la situation et les évolutions récentes des quartiers prioritaires et des quartiers de veille active par arrondissement, dont celui du 18ème : SynthèseEvaluationParis18e
En ce qui concerne le 18ème, les Portes restent les quartiers les plus défavorisés, malgré la prolongation du tramway. Le quartier de La Chapelle, en veille active, pourrait basculer en prioritaire. Le secteur à la limite de La Chapelle, Gare du Nord, a été identifié comme pouvant entrer également dans la géographie prioritaire.

 

 

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu