You are currently viewing Résultats du questionnaire sur l’éducation dans les Quartiers Prioritaires de la Ville de Paris 18ème.

Résultats du questionnaire sur l’éducation dans les Quartiers Prioritaires de la Ville de Paris 18ème.

Pensé en début d’année 2020 pour recueillir les avis et propositions des professionnels, enseignants et parents d’élève sur les évolutions de l’enseignement dans les Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV) du 18ème arrondissement, ce questionnaire a finalement été diffusé, principalement par voie électronique après la fin du premier confinement, lorsque les écoles ont été partiellement ré ouvertes.
Le questionnaire aborde trois thèmes ci-dessous :

  • Education, à la sortie du premier confinement.
  •  Principe des classes à 12 élèves en CP et CE1 dans les quartiers prioritaires.
  • Utilisation des locaux d’éducation à d’autres buts. Dans le cadre de la mise en place de la démarche de la Ville du ¼ d’heure, des cours d’écoles ont ouvert leurs portes le 23 janvier dans chaque arrondissement de Paris ! L’idée est d’ouvrir ces établissements sur leurs quartiers, et d’y proposer des activités gratuites (sportives, culturelles, ludiques etc) pour tous les habitant.e.s, petit.e.s et grand.e.s. C’est un nouvel espace public qui voit le jour, où l’école deviendrait la capitale du quartier. Dans le 18e arrondissement, l’école des Amiraux (située au 19 rue des Amiraux) expérimente ce dispositif tous les samedis, de 10h à 18h, pour une durée de 6 semaines minimum. L’espace sera alloué sans redevance aux structures partenaires.

Nous tenons à remercier toutes celles et ceux qui ont répondu. Le résultat du questionnaire se trouve ici : Résultats questionnaire

Au 13/12/2020,  date du dernier enregistrement, on dénombrait  39 réponses exploitables dont les trois quarts sont des parents d’enfant(s) scolarisé(s) à l’école primaire, et le dernier quart est constitué d’enseignant ou de personnel d’école primaire .
I Précisions sur la conception et la réalisation perfectible du questionnaire.
Le traitement des réponses a fait apparaître des insuffisances méthodologiques et techniques qui en limitent l’interprétation des résultats. Elles méritent d’être présentées ici afin de les éviter dans l’avenir.
– Le public visé : au vu des missions du CCP18 qui concernent tous les habitants de ses 4 quartiers prioritaires, le questionnaire aurait pu normalement faire le choix de ne rechercher que l’avis des parents d’élèves.
Il a finalement été choisi de rechercher l’avis de deux des catégories de personnes impliquées dans l’éducation. Mais l’organisation de la question ne permet qu’une connaissance de la répartition sur tout le questionnaire, sans pouvoir en disposer sur chacune des questions.
Il est à noter que la majorité des questions concernent d’ailleurs les parents, quelques-unes sont partagées, sans qu’il soit possible d’analyser séparément les réponses des parents et des professionnels/enseignants qui ont toute probabilité d’être au moins partiellement divergentes.
Pour arriver à ce résultat la question aurait dû être posée par catégorie à cocher.
– Mauvaise gestion des questions à choix multiples, des listes de réponses et du recueil des commentaires libres des répondants.
La structure du questionnaire Google s’organise autour du couple :
*Question fermée à choix imposé oui/non/ne sais pas, ou par des listes à choix multiple parmi lesquels il faut obligatoirement faire, un seul, ou plusieurs choix.
*Des questions ouvertes qui correspondent à une zone d’édition en texte libre permettant l’expression non contrainte des répondants.
Il faut donc obligatoirement répondre à la question fermée, ce qui permettra d’édicter les statistiques. Le commentaire libre venant en complément de la réponse.
Les explications n’ont pas été fournies pour ces questions.
Des questions ouvertes ont été choisies de manière inappropriée alors qu’il aurait fallût une liste fermée à choix multiples.
II Analyse sommaire des réponses au questionnaire
1) Malgré des difficultés illustrées par les commentaires, une majorité de répondants porte une appréciation sereine et plutôt positive sur la période de confinement puis de reprise de l’école.
Ainsi, 58% des répondants n’ont pas de craintes pour envoyer leurs enfants à l’école bien que 53% s’attendent à une reprise de l’épidémie, et qu’une majorité de 48% ne juge pas nécessaire de faire tester leurs enfants. A noter, sur ce dernier point la proportion égale de personne, 28%, qui souhaitent ce test, ou ne se prononce pas.
De même, 56% des répondants ont pu organiser les cours à distance de leurs enfants, toujours ou régulièrement, alors que 18% ne le pouvait que très irrégulièrement, et que 7% ne l’ont pu pratiquement jamais en raison de difficultés présentés dans le commentaire.
Si 62% des enfants ont bien vécu le confinement selon les répondants, leur retour à l’école a suscité de leur part moins d’enthousiasme, puisque seulement 35% d’entre eux l’apprécierait.
Enfin il faut noter que de fortes majorité de répondant qui doivent être des parents d’élèves car ils constituent les trois quarts de l’échantillon, ne savent pas s’il y a des décrocheurs et si des mesures leur ont été destinées, de même, qu’ils expriment une grande variété d’opinions sur les mesures qui devraient être prises par les autorité. On peut interpréter cette situation comme le résultat du peu de visibilité des répondants sur le fonctionnement collectif de leur école.
2) Une appréciation contrastée de la mise en place des classes à 12 élèves en CP et CE1 dans les Quartiers Prioritaires.
Si cette mesure est subie par 53% des répondants qui disent ne pas avoir été consultés, une forte minorité de 45% a été impliquée en étant consultée.
Une écrasante majorité de 70% de répondants se réjouit de l’adaptation pédagogique des enseignants et constate que les programmes n’ont pas changés.
Une majorité de répondants reste « sceptique » sur les effets du dispositif : respectivement 45% et 53% ne savent pas si cet effectif réduit a aidé à l’apprentissage des élèves en difficultés ou favorisé la mixité sociale. Par contre, une forte majorité de 61% affirme que les élèves supportent mal leur retour dans les classes a effectif standard.
3) L’emploi des locaux scolaires à d’autres usages que d’enseignement un assentiment tinté de beaucoup de méfiance :
– L’ouverture est plébiscité par 69% des répondants,
Pour des activités culturelles pour 50% ou éducatives hors programme scolaires pour 29% des répondants.
Mais une ouverture très encadrée car :
– Elle doit être réalisée par la ville pour 66% des répondants,
Alors que 63% d’entre eux estiment que ces équipements ne peuvent être accessibles à tous les publics.
Le CCP18 souhaite s’appuyer sur l’expérience acquise à l’occasion de la création de ce questionnaire sur l’éducation pour améliorer la qualité de ceux qu’il prévoit de diffuser dans un avenir proche.
A cet effet il souhaite recueillir vos suggestions et avis, tant sur la forme, le contenu des questionnaires que les thématiques et sujets à traiter.

 

Laisser un commentaire