Quels projets financés par les bailleurs sociaux ?

Quels projets financés par les bailleurs sociaux ?

Tous les ans, les bailleurs sociaux des quartiers prioritaires de la politique de la ville s’engagent à mettre en œuvre des programmes d’actions supplémentaires ou renforcées pour améliorer la qualité du service rendu aux locataires et la qualité de vie dans les quartiers couverts par le dispositif d’abattement de la Taxe Foncière sur la Propriété Bâtie (voir nos différents articles écrits à ce sujet)

A ce titre, l’EDL et la Mairie du 18e arrondissement ont invité le Conseil Citoyen Paris18 ainsi que des bailleurs sociaux, la délégué du préfet, les amicales de locataires conviés par les bailleurs, le DDCT/service politique de la ville à la visite des sites de ICF la sablière et de Paris Habitat situées rue des Poissonniers dans le 18ème arrondissement, avec pour but de faire un bilan des projets financés en 2018, de diagnostiquer les problématiques existantes et d’emettre des pistes de travail permettant l’élaboration par les bailleurs de la programmation 2019.

Ni la mairie du 18, ni le délégué du préfet n’étaient présents.
La visite des 2 résidences qui ont finalement constitué le seul but de la rencontre ;
*La sablière résidence de 150 logements des années 70 au bâtit dégradé (fuites dans la toiture, sur les façades, dans le parking transformé en piscine les jours de pluie, mauvaise isolation thermique). Début de construction d’un projet complet de rénovation dont la décision n’a pas encore été prise.
La résidence se trouve, bien isolée de l’extérieur dans un espace extérieur important, totalement laissé à l’abandon des jardins partagé ont été faute d’intérêt des locataires. Une grande salle pour activités collectives en sous-sol n’est pas utilisée, pas d’amicale de locataires, et toutes les activités tentées par des associations extérieures ont échouées.
Importants niveaux d’incivilité des locataires, en particulier jets des ordures par les fenêtres, crachat et urines dans les parties communes.
Climat général aggravé par les intrusions extérieures qui restent stables.
Un gardien et un homme de service affecté à la résidence qui assurent le ménage des parties communes. A leur dire la résidence étaient relativement propre car le ménage avait été fait le matin, mais que le reste de la semaine la résidence était vraiment sale.
Population : 44 familles, 26 familles monoparentales, 70 enfants, 40% des locataires ont plus de 60 ans.

*Résidence Paris habitat de 350 logements qui vient de faire l’objet de sa seconde rénovation profonde grâce aux aides du plan climat. Les importants travaux d’isolation devraient faire baisser la facture chauffage, les locataires payant une légère participation financière.
Les locataires seraient satisfaits de l’amélioration de la qualité de vie qui en résulte.
Pas d’incivilités majeures à noter.
Intrusion extérieures et squats temporaire dans les parkings pour activités de jeunes.
3 gardiens sont affectés à la résidence qui vont être regroupé dans une loge unique à la seule entrée de la résidence.
Le ménage des parties communes est assuré par une entreprise dont l’activité est contrôlée de près par les gardiens et responsables locaux. Elle doit effacer les graffitis ès qu’ils apparaissent.
Si 3 amicales concurrentes de locataire ont existé durant le processus de rénovation, il n’en existe aucune maintenant.

Pour synthèse, faudrait-il alors comprendre que les incivilités se manifestent donc par effet de cascade dans la résidence au bâti dégradé et mal entretenue ?
Contrairement, dans la résidence où l’entretien est convenable, il n’y a pas d’incivilités.
Il y a donc sans surprise un effet indéniable de causalité. Le défaut d’entretien du bâti et des conditions d’habitation n’encouragent pas et ne motivent pas les habitants à observer des comportements respectueux. Cela s’expliquerait-il alors par le manque de considération qui leur serait accordé* ?

PS : L’Edl a envoyé à l’adresse du conseil citoyen une invitation pour une rencontre de même type de Paris habitat à Evangile et à Goutte d’Or. Et une invitation pour la réunion générale de présentation à la mairie pour le 6 février.

*Le CCP18 ne dispense pas les habitants de faire démonstration de civilité.

Laisser un commentaire

Fermer le menu