Citoyens taisez-vous : les algorithmes parlent à votre place. L’informatique, outil de marginalisation ?

Citoyens taisez-vous : les algorithmes parlent à votre place. L’informatique, outil de marginalisation ?

« Révolution numérique », objectif « 100 % de services publics dématérialisés à horizon 2022 » : l’ambitieux programme du gouvernement quant à la transformation de l’administrationinquiète car il s’impose très rapidement à l’insu des agents et des publics. La dématérialisation trouve d’ailleurs une place de choix dans le rapport Delevoye sur la proposition actuelle de réforme des retraites qui préconise qu’« en 2025, 100 % des démarches relatives à la retraite seront réalisables en ligne ».

Les craintes de la dématérialisation des relations administratives sont probablement amplifiées par l’importance prise par la thématique du non-recours aux droits et aux services au cours de la dernière période.

Certains perçoivent la dématérialisation comme un « facilitateur » de l’accès aux droits et aux services, pour d’autres, au contraire, elle est « génératrice » ou « activatrice » de difficultés. C’est en particulier le cas pour les personnes dont l’équilibre de vie passe par la bonne réception de leurs droits.

Les relations administratives dématérialisées peuvent situer les personnes d’un côté ou de l’autre des frontières de l’intégration et de l’exclusion. Ainsi, des publics entiers pourraient sortir définitivement des dispositifs sociaux avec des effets imprévisibles certainement très lourds.

Eliminer les relations humaines

Les alertes ne manquent pourtant pas sur les conséquences sociales d’une dématérialisation totale. On s’inquiète aussi des ravages de l’illectronisme qui concernerait 13 millions de personnes dans notre pays soit un Français sur 5. Aujourd’hui en France, 4 millions de personnes âgées de 60 ans et plus sont aussi en situation d’exclusion numérique.

Mais la révolution est en marche : elle élimine les relations humaines dans les relations avec les administrations et les services publics. Pourtant, « l’informatisation de la société » faisait déjà débat lorsque Simon Nora et Alain Minc remirent leur rapport au président de la République à la fin des années 1970. Les changements radicaux amenés par les TIC (à l’époque) avaient donné lieu à un grand nombre de commentaires sur la modification de nos rapports sociaux. Ce débat semble désormais oublié.

Incontestablement l’accès à un équipement informatique et à un réseau Internet est un vrai enjeu, tout comme l’est également l’autonomie numérique. Ces aspects cruciaux sont, selon les pays, plus ou moins bien maîtrisés.

Laisser un commentaire

Fermer le menu