Entreprendre dans les quartiers prioritaires : libérer tous les potentiels.

Entreprendre dans les quartiers prioritaires : libérer tous les potentiels.

Une première étude avait montré que les quartiers prioritaires de la politique de la ville abritent des entreprises à fort potentiel mais que celles-ci peinent à rayonner au-delà de leur territoire d’implantation.
De nouveaux travaux confirment la vitalité de ces territoires en termes de création, de détermination, d’adaptation et de capacité de rebond, des qualités essentielles pour traverser la crise actuelle. Ainsi les entreprises créées dans ces territoires y sont tout aussi viables à trois ans qu’ailleurs.
Cependant, alors que les TPE-PME représentent près de la moitié des emplois salariés en France, la densité d’établissements est près de deux fois plus faible dans les QPV que dans le reste du pays et les projets y sont de plus petite taille.
Les TPE-PME représentent près de la moitié des emplois salariés de notre pays. Pour les cinq millions d’habitants des QPV, territoires historiquement délaissés par les grandes entreprises et affichant un taux de chômage 2,5 fois supérieur à la moyenne nationale, les petites entreprises revêtent un rôle encore plus important. L’entrepreneuriat dans les quartiers doit donc être un objet d’attention central pour tous ceux qui s’intéressent à l’inclusion des populations les plus défavorisées par le travail et l’activité économique. ils sont loin d’avoir atteint tout leur potentiel. Il y a là un gisement de développement que l’on aurait tort de sous-estimer.
Quels sont les freins rencontrés par ces entrepreneurs ? 32% des entrepreneurs en QPV rencontrent des difficultés d’accès aux services bancaires qui induisent des investissement initiaux inférieurs de 27% à ceux des zones hors QPV.
Quels avantages ont-ils ? Pourquoi l’entrepreneuriat féminin est tout aussi pérenne en QPV que l’entrepreneuriat masculin ? Quel rôle essentiel pour les nouvelles technologies dans leurs projets ?
L’ensemble des réponses à ces questions est à retrouver dans cette étude

Laisser un commentaire