A Paris, la crise sanitaire a freiné la délinquance, Sauf dans le 18ème. Par Denis Cosnard -journal le Monde

A Paris, la crise sanitaire a freiné la délinquance, Sauf dans le 18ème. Par Denis Cosnard -journal le Monde

Si le nombre de faits constatés a fortement baissé en 2020, le centre de la capitale et le 18e arrondissement restent les premiers touchés. Iont concentré 22,5 % des atteintes aux personnes ou aux biens recensées dans la capitale

 Le nord-est parisien constitue l’autre point noir, en particulier le 18e. L’arrondissement de Montmartre et de la Goutte-d’Or est celui qui a connu le plus de cambriolages en 2020. Il détient aussi la palme en matière d’agressions contre des personnes. Par rapport au nombre d’habitants, il y en a eu sept fois plus que dans les très bourgeois 5e et 6e arrondissements.

« Cela tient en partie à la géographie, souligne le maire (PS) Eric Lejoindre. Nous sommes dos à la gare du Nord, près de l’autoroute A1, donc l’arrondissement est une des grandes portes d’entrée dans Paris, et voit transiter énormément de monde. » Notamment des migrants, installés dans des camps de fortune qui se recréent sitôt démantelés.

 Barbès, La Chapelle, la Goutte-d’Or… Dans plusieurs zones du 18e, les problèmes sont chroniques. La bibliothèque municipale de la Goutte-d’Or peut en constituer le symbole. Cernée par les dealers, prise pour cible par des casseurs, elle a dû fermer plusieurs fois en 2020. En désespoir de cause, le personnel a écrit à l’Elysée. En janvier, la police a fini par laisser sur place des effectifs suffisants pour assainir la rue. « On peut de nouveau travailler, mais pour combien de temps ?, s’interroge la directrice. Les dealers et des vendeurs de médicaments à la sauvette sont en embuscade dans les rues avoisinantes. Ils risquent de revenir dès que la police ne sera plus en faction. »

 Le maire Eric Lejoindre ne se désespère pas. « Regardez la rue Myrha, dit-il. Il y a vingt ans, on n’osait pas y aller. Aujourd’hui, elle est très sympa. Donc on avance. Mais pas tout le temps, ni sur tout. Et parfois, on recule. »

Laisser un commentaire