Compte-rendu de réunion du groupe culture du 5/02/2018.

Compte-rendu de réunion du groupe culture du 5/02/2018.

Evnz58JH
Introduction

  • Suite à la réunion publique des citoyens nouveaux et anciens au centre social Torcy fin 2017, il a été convenu de lancer un groupe de travail CULTURE, ce groupe est porté par Paris Macadam – Quartiers d’Art association, représentée par Gertrude Dodart, présidente suppléante du CCP18.
  • Cette première réunion se tient dans les locaux de Paris Macadam – Quartiers d’Art, soit 22 rue de la Goutte d’Or.
  • Au préalable, un mail a été envoyé aux citoyens, un onglet a été crée sur le site, une annonce sur Facebook.
  • Personnes invité.e.s : toutes et tous habitants, forces vives, collectifs, personnes et associations ravis et en colère … membres des instances de démocratie participative ou pas
  • Les personnes présentes sont venues majoritairement suite à la réception du mail envoyé par le secrétaire du CCP18, présent également ce jour, Monsieur Bruno Lemoine. Tout le monde regarde le site et apprècie le visuel repris pour la réunion par Bruno
    REMARQUE PREALABLE : LORS DU TOUR DE TABLE, IL EST CONSTATE QUE SEULS LES QUARTIERS DU CENTRE DU 18ème SONT REPRESENTES, IL FAUDRA LA PROCHAINE FOIS SE REUNIR DANS LES QUARTIERS DU NORD
     

    ORDRE DU JOUR Il a été décidé d’orienter le débat autour de ces trois propos

    1. Comment envisager une forme de complémentarité entre culture.s & quartier.s ?
    2. Savoir si la culture peut ou doit être un outil de sauvegarde des quartiers populaires ou pas ?
    3. S’assurer qu’il s’agit véritablement d’un objectif affirmé par les acteurs institutionnels de la politique de la ville au niveau de l’Etat, comme indiqué sur le site du Commissariat Général à l’Egalité des Territoires, indiqué dans ce lien  http://www.cget.gouv.fr/…/culture-et-quartiers-prioritaires…

     

    ——————————————————————–

     

    Après un tour de table, il ressort que dans le 18ème, tous les quartiers dit Politique de la Ville (QPV), sont dotés d’équipements culturels, de lieux de pratiques artistiques amateurs, de lieux de création le tout largement renforcé par les équipements municipaux habituels, bibliothèques, centres d’animation, espaces Jeune. Le manque de mixité sociale de certains lieux est à déplorer. Egalement une certaine confusion entre lieux publics et lieux privés. Ainsi malgré les apparences la Ressourcerie Porte de Clignancourt est gérée par les propriétaires du Comptoir Général. Les collectifs artistiques ou compagnies sont souvent cachés, qui connait Curry Vavart structure gérant entre autres le Shakirail, pourquoi aucune information n’est affichée devant le lieu, notamment les jours et horaires d’ouverture. Le hasard Ludique dépend de la ville de Paris… Il ressort également une confusion entre offre d’arrondissement et offre de proximité, ainsi les Bouffes du Nord ou le Louxor sont situés dans le 10ème arrondissement. Les cinémas sont les seuls équipements culturels inexistants dans les QPV du 18ème.

    1. Cependant l’ensemble de l’offre culturelle est inégal, les équipements situés au nord semblent davantage se positionner comme des équipements sociaux, les projets culturels reconnus y ont été de courte durée, cirque, friche Grand Train 2016, l’Aérosol 2017, les associations culturelles y sont rares, ainsi citons Sirius Prod, Sierra Prod, Vivre ensemble 93Chapelle…Les gros équipements culturels, comme l’Institut des Cultures de l’Islam, FGO Barbara, ne sont pas toujours connus des habitants, notamment des plus modestes socialement. Pour information les conservatoires dépendent également de la ville de Paris, il est très difficile d’y avoir une place. Un effort de recensement de ces lieux pourrait être réalisé par la mairie ou les EDL, nous pourrions ainsi les diffuser auprès des habitants, tout comme il existe un catalogue des lieux ou pratiquer le français diffuser par les EDL.
      => Il sera en conséquence demandé aux EDL de bien vouloir nous indiquer les financements culturels accordés, afin de nous assurer de comprendre le juste équilibre entre les quartiers. Il serait utile aussi de connaitre l’évolution de la fréquentation de ces lieux depuis trois ans, il faut sans doute le demander à la direction des affaires culturelles.
    2. Dans les quartiers dits des faubourgs, à savoir La Chapelle, Goutte d’Or, les associations sont pléthores, et elles reçoivent des aides financières pour des projets soit complètement culturelles, grâce à la dotation culturelle de proximité, soit partiellement sur des projets mixtes avec l’appui des conseils de Quartiers (mairie d’arrondissement), ou le soutien du budget participatif (mairie de Paris). Ces trois soutiens ne sont pas réservés uniquement aux QPV, ils permettent d’obtenir des financements de fonctionnement ou d’investissement.
      => Il serait utile de connaitre le détail de la dotation culturelle et sa répartition entre QPV, QVA et autres quartiers, ainsi que son évolution depuis 3 ans. Elle sera demandée à l’élue à la culture Carine Rolland. Pourquoi ne pas demander à participer au comité de financement de cette dotation culturelle
    3. Rappelons également les aides apportées par les Equipes de Développement Local, rattachées à la Direction de la Démocratie, des Citoyens et des Territoires, dite la DDCT, en lien avec l’Hôtel de ville, l’élue est Colombe Brossel. L’élue à la Politique de la ville du 18ème arrondissement est Maya Akkari
      1. Mentionnons également les activités culturelles gratuites, notamment les spectacles, à la disposition des habitants des QPV, diffusés à la DDCT par un service culturel qui propose des activités gratuites aux acteurs du champs social. Ces loisirs se situent dans les QPV mais aussi dans d’autres quartiers parisiens. Rappelons également que les musées parisiens sont gratuits, certains musées étatiques un jour par mois, ces informations pourraient être diffusées auprès des habitants.
      2. Mais ou sont alors les financements de l’Etat, a priori ils sont moins visibles, ils se manifestent par des aides pour des projets soutenus par la mission territoire de la direction des affaires culturelles (DRAC), par exemple le projet CHAILLOT à la Goutte d’Or, ou encore par des investissements dans du bâti.
      • Il résulte de ce premier échange qu’il serait opportun de demander à l’Etat, donc aux délégués du préfet, de nous indiquer quels sont les fonds et les projets soutenus dans le 18ème arrondissement en faveur des QPV, voire des Quartiers de Veille active QVA en 2017, voire en 2018 en termes de projet et pourquoi pas en 2016, pour apprécier l’évolution.

      POUR RESUMER LA REUNION DU GROUPE CULTURE, il semble opportun de proposer à nos interlocuteurs évoqués ici de venir à notre rencontre lors de la 2ème réunion du groupe culture, en effet nous devons évaluer la Politique de la Ville, il nous faut davantage d’information à ce sujet pour pouvoir être en mesure de faire des propositions constructives en cours d’année.

      REMARQUE CITOYENNE : pour régler un autre sujet évoqué par une participante, et ce n’est pas la première fois, la garde des enfants, lors des réunions, il est convenu de rencontrer l’association inscrite à la Maison des Associations intitulée GRIBOUILLI, DIRIGEE PAR MME AMINATA DIOUF, afin de voir dans quelle mesure, elle pourrait intervenir lors des réunions du Conseil citoyen qui dispose d’un budget susceptible d’être orienté en ce sens.

    • REMARQUE PREALABLE : LORS DU TOUR DE TABLE, IL EST CONSTATE QUE SEULS LES QUARTIERS DU CENTRE DU 18ème SONT REPRESENTES, IL FAUDRA LA PROCHAINE FOIS SE REUNIR DANS LES QUARTIERS DU NORD 

      ORDRE DU JOUR

      Il a été décidé d’orienter le débat autour de ces trois propos

      1. Comment envisager une forme de complémentarité entre culture.s & quartier.s ?
      2. Savoir si la culture peut ou doit être un outil de sauvegarde des quartiers populaires ou pas ?
      3. S’assurer qu’il s’agit véritablement d’un objectif affirmé par les acteurs institutionnels de la politique de la ville au niveau de l’Etat, comme indiqué sur le site du Commissariat Général à l’Egalité des Territoires, indiqué dans ce lien  http://www.cget.gouv.fr/…/culture-et-quartiers-prioritaires…

      ——————————————————————–
      Après un tour de table, il ressort que dans le 18ème, tous les quartiers dit Politique de la Ville (QPV), sont dotés d’équipements culturels, de lieux de pratiques artistiques amateurs, de lieux de création le tout largement renforcé par les équipements municipaux habituels, bibliothèques, centres d’animation, espaces Jeune. Le manque de mixité sociale de certains lieux est à déplorer. Egalement une certaine confusion entre lieux publics et lieux privés. Ainsi malgré les apparences la Ressourcerie Porte de Clignancourt est gérée par les propriétaires du Comptoir Général. Les collectifs artistiques ou compagnies sont souvent cachés, qui connait Curry Vavart structure gérant entre autres le Shakirail, pourquoi aucune information n’est affichée devant le lieu, notamment les jours et horaires d’ouverture. Le hasard Ludique dépend de la ville de Paris… Il ressort également une confusion entre offre d’arrondissement et offre de proximité, ainsi les Bouffes du Nord ou le Louxor sont situés dans le 10ème arrondissement. Les cinémas sont les seuls équipements culturels inexistants dans les QPV du 18ème.

      1. Cependant l’ensemble de l’offre culturelle est inégal, les équipements situés au nord semblent davantage se positionner comme des équipements sociaux, les projets culturels reconnus y ont été de courte durée, cirque, friche Grand Train 2016, l’Aérosol 2017, les associations culturelles y sont rares, ainsi citons Sirius Prod, Sierra Prod, Vivre ensemble 93Chapelle… Les gros équipements culturels, comme l’Institut des Cultures de l’Islam, FGO Barbara, ne sont pas toujours connus des habitants, notamment des plus modestes socialement. Pour information les conservatoires dépendent également de la ville de Paris, il est très difficile d’y avoir une place. Un effort de recensement de ces lieux pourrait être réalisé par la mairie ou les EDL, nous pourrions ainsi les diffuser auprès des habitants, tout comme il existe un catalogue des lieux ou pratiquer le français diffuser par les EDL.
        => Il sera en conséquence demandé aux EDL de bien vouloir nous indiquer les financements culturels accordés, afin de nous assurer de comprendre le juste équilibre entre les quartiers. Il serait utile aussi de connaitre l’évolution de la fréquentation de ces lieux depuis trois ans, il faut sans doute le demander à la direction des affaires culturelles.
      2. Dans les quartiers dits des faubourgs, à savoir La Chapelle, Goutte d’Or, les associations sont pléthores, et elles reçoivent des aides financières pour des projets soit complètement culturelles, grâce à la dotation culturelle de proximité, soit partiellement sur des projets mixtes avec l’appui des conseils de Quartiers (mairie d’arrondissement), ou le soutien du budget participatif (mairie de Paris). Ces trois soutiens ne sont pas réservés uniquement aux QPV, ils permettent d’obtenir des financements de fonctionnement ou d’investissement.
        => Il serait utile de connaitre le détail de la dotation culturelle et sa répartition entre QPV, QVA et autres quartiers, ainsi que son évolution depuis 3 ans. Elle sera demandée à l’élue à la culture Carine Rolland. Pourquoi ne pas demander à participer au comité de financement de cette dotation culturelle ?
      3. Rappelons également les aides apportées par les Equipes de Développement Local, rattachées à la Direction de la Démocratie, des Citoyens et des Territoires, dite la DDCT, en lien avec l’Hôtel de ville, l’élue est Colombe Brossel. L’élue à la Politique de la ville du 18ème arrondissement est Maya Akkari.
      4. Mentionnons également les activités culturelles gratuites, notamment les spectacles, à la disposition des habitants des QPV, diffusés à la DDCT par un service culturel qui propose des activités gratuites aux acteurs du champs social. Ces loisirs se situent dans les QPV mais aussi dans d’autres quartiers parisiens. Rappelons également que les musées parisiens sont gratuits, certains musées étatiques un jour par mois, ces informations pourraient être diffusées auprès des habitants.
      5. Mais ou sont alors les financements de l’Etat, a priori ils sont moins visibles, ils se manifestent par des aides pour des projets soutenus par la mission territoire de la direction des affaires culturelles (DRAC), par exemple le projet CHAILLOT à la Goutte d’Or, ou encore par des investissements dans du bâti.
        => Il résulte de ce premier échange qu’il serait opportun de demander à l’Etat, donc aux délégués du préfet, de nous indiquer quels sont les fonds et les projets soutenus dans le 18ème arrondissement en faveur des QPV, voire des Quartiers de Veille active QVA en 2017, voire en 2018 en termes de projet et pourquoi pas en 2016, pour apprécier l’évolution.
        POUR RESUMER LA REUNION DU GROUPE CULTURE, il semble opportun de proposer à nos interlocuteurs évoqués ici de venir à notre rencontre lors de la 2ème réunion du groupe culture, en effet nous devons évaluer la Politique de la Ville, il nous faut davantage d’information à ce sujet pour pouvoir être en mesure de faire des propositions constructives en cours d’année.

        REMARQUE CITOYENNE : pour régler un autre sujet évoqué par une participante, et ce n’est pas la première fois, la garde des enfants, lors des réunions, il est convenu de rencontrer l’association inscrite à la Maison des Associations intitulée GRIBOUILLI, DIRIGEE PAR MME AMINATA DIOUF, afin de voir dans quelle mesure, elle pourrait intervenir lors des réunions du Conseil citoyen qui dispose d’un budget susceptible d’être orienté en ce sens.

         

Laisser un commentaire

Fermer le menu